Les interventions de chirurgie bariatrique y compris la sleeve gastrectomie, dont le but est la restreinte de l’absorption des aliments contre l’obésité, ont doublé de nombre ces dernières années. Mais, il faut faire attention et prendre en considération, que ce remède de dernier recours ne s’applique qu’à des cas bien particuliers et que parfois les idées reçues liées à ce type de chirurgie ne sont pas complétement vraies.

L’intervention chirurgicale me convient parfaitement !

Avant toute intervention de perte de poids, que ce soit une sleeve gastrique ou autre, il faut se baser sur le calcul de l’Indice de masse corporelle (IMC). Si votre IMC est supérieur ou égal 40, vous aurez droit à un acte chirurgical de perte de poids. Si par contre, votre IMC est compris entre 35 et 39, il faudra remplir la condition de la présence d’une maladie en liaison avec l’obésité et dont les effets sont néfastes sur votre santé (hypertension, diabète, cholestérol…).

sleeve idées reçues à éclaircir

La sleeve, option facile

La décision de perte de poids par une intervention d’estomac sleeve n’est pas de tout facile, elle se fait souvent après tant d’années de souffrances, de régimes drastiques et des violentes reprises de poids.

Il faut aussi réaliser tous les examens nécessaires, parfois envahissants, et surtout, accepter un nouveau mode de vie et se réconcilier avec soi-même pour pouvoir réaliser le but. De plus, Il faut avoir la capacité de gérer toute frustration, les interdits, le regard différent de soi et des autres.

Une opération réussie ne se restreint pas uniquement à l’acte en soi, mais à un parcours à adopter durant le reste de sa vie.

Mon intervention sleeve : Plus que j’en parle, mieux c’est ?

Ce n’est pas un verdict… De nos jours, tout le monde donne son avis sur tout et le montre ouvertement, bien souvent, avant même d’y avoir été invité. Cet acte de gastrectomie vous concerne ainsi que votre sphère intime et c’est à vous seul que retourne la décision.

Vous n’êtes pas, ainsi, obliger de mettre au courant vos collègues ou vos amis, ni de faire des justifications concernant votre démarche. Cela vous épargne de subir un jugement intrusif, et sachez bien, que personne ne peut s’imaginer ce que vous traversez ainsi que le courage nécessaire pour une telle décision. La vérité, vous ne la devez qu’à vous-même.

En plus, chacun de nous ait une connaissance qui a déjà subi une chirurgie d’obésité sleeve ou autre, et pour laquelle, le résultat a très mal passé. Alors et comme chacun peut évaluer les choses à sa manière, il est nécessaire de fuir à ces discussions stériles, incluant bien évidement les réseaux sociaux et autres blogs soit disant spécialisés. Pareillement, pour le sujet par exemple des accouchements concernant les futures mamans qui se trouvent déconseillées d’adopter ou/et d’écouter le récit de leurs amies afin d’éviter toute sorte d’inquiétude ! Il faut se méfier de tout ça et privilégier l’équipe de soins en posant toutes les questions, ils sont là pour vous et pour ça.

La pratique du sport après mon intervention sleeve est un plus

Pratiquer du sport, n’est pas une option, c’est une nécessité incorporée dans cette démarche chirurgicale sleeve pour remodeler tout relâchement de la peau post-opératoire et éviter tout imperfectionnement qui peut se former.

C’est essentiel de marcher une trentaine de minutes au quotidien, chaque jour, afin de regagner la santé ainsi que de pratiquer quelques activités physiques comme la piscine, le vélo d’appartement, le tapis roulant… Tout simplement, il faut consacrer du temps, quotidiennement, à soi-même et à sa santé !

Profiter avant ma chirurgie sleeve : Est-elle une bonne idée ?

Surtout pas ça ! Dès votre engagement dans cette procédure, il faut adopter toutes les stratégies favorisant la réussite de votre acte de perte de poids. En effet, il faut se soumettre aux règles hygiéno-diététiques avant et après l’intervention.

Si un patient pense à profiter au maximum des sodas et des autres aliments sucrés jusqu’au dernier moment avant sa chirurgie, en évoquant le prétexte de la lourde restreinte après l’intervention, c’est un patient qui ne réussira pas son but. Alors, Soyez vigilant et fier de votre conclusion et adoptez un meilleur chemin.

En plus, cela entrainera votre cerveau, suffisamment à l’avance, de gérer les frustrations ressenties par le manque des aliments sucrés et gras. Vous avez donc tout à gagner en commençant assez tôt !

À lire :