Une augmentation mammaire pour se faire désirer par son homme

Attirer les regards, stimuler le plaisir d’un homme lors des rapports intimes, se sentir bien dans sa peau… tant de raisons poussent une femme à s’intéresser à l’augmentation mammaire.

augmentation mammaire

De nos jours, croiser une femme avec de gros seins est devenu un phénomène normal, voire même habituel. Même si l’intérêt d’une belle poitrine est toujours constaté chez le mâle humain, la gent féminine agrandit aussi ses seins pour avoir des atouts autres que sexuels comme la preuve de fertilité par exemple.
On s’est déjà intéressé à l’augmentation mammaire par la chirurgie depuis le début des années 70 même si les pratiques n’étaient pas encore très sécurisées.

De ce fait, les silicones rajoutées au sein des femmes causaient encore des inflammations graves après seulement quelques moments. Cela était dû au débordement du liquide qui a rempli les pochettes en silicone.

Peu après, les chercheurs ont trouvé plus astucieux de remplacer ce liquide par du gel, avec un résultat plus agréable pour les yeux, mais plus dangereux que le liquide en fin de compte. Cela augmentait effectivement l’exposition de la santé du sujet à des lymphomes, œdèmes, et même au cancer.

Ce dernier devenait moins détectable, car les implants gênent les analyses médicales inhérentes.
Avec les évolutions technologiques, plusieurs possibilités permettent de recourir à l’augmentation mammaire. Les massages et autres exercices permettent aujourd’hui d’avoir une belle poitrine plus grosse et plus ferme. Cela constitue le moyen naturel le plus sécurisé qui évite les risques d’effets néfastes de la chirurgie et qui plus est moins cher que les implants.

D’autres professionnels de ce domaine proposent aussi des pilules à base de plantes naturelles qui promettent des résultats satisfaisants. Dans tous les cas, il faut choisir la méthode idéale pour agrandir ses seins et cela doit correspondre à celle qui ne nuise pas à la santé, qui ne soit pas trop chère, mais qui donne des résultats constatables.